Zoom sur le mariage orthodoxe

église orthodoxe

On parle souvent des cérémonies de mariages catholiques ou protestantes, mais assez peu des mariages orthodoxes. Pourtant cela concerne un certain nombre de futurs mariés qui sont de cette confession (pour plus d’info : http://eglise-orthodoxe-de-france.fr/).

Qu’en est-il des formalités et des obligations ?

A celui qui cherche des dossiers et conseils pour son mariage d’un point de vue général, je l’invite à aller visiter ce site web où il n’aura que l’embarras du choix des sujets. Mieux, vous pouvez même entrer en contact avec des prestataires de services si vous le désirez.

Sinon, concernant le mariage orthodoxe, à l’instar de la religion catholique, il est aussi considéré comme un sacrément religieux. Ce n’est donc pas une simple bénédiction, mais un véritable engagement devant Dieu. C’est pourquoi l’un des conjoints doit être un pratiquant pour que le mariage soit possible, mais pas nécessairement les deux.

D’ailleurs, un chrétien peut tout à fait se marier avec un orthodoxe. En outre, avec l’aval de l’évêque, un remariage est aussi possible après un divorce. La condition sine qua non est que la personne doit être baptisée. Un acte de baptême doit être d’ailleurs fourni à cet effet. Par contre, différemment des églises catholiques, les futurs mariés ne sont pas dans l’obligation de justifier d’un certificat d’union civile.

Quant aux témoins, également appelé koumbaris, ces derniers doivent être chrétiens et au nombre de deux, à savoir une personne pour chaque partie. À noter que les koumbaris jouent un rôle essentiel dans la cérémonie, d’où l’importance de les choisir avec soin, car ne pas oublier que les témoins participnt aussi financièrement à la cérémonie religieuse. Leur sont confiés, entre autres, l’achat de la décoration de l’église, les couronnes, les cierges…

Le déroulement de la cérémonie

couronnes orthodoxes

Dans la mesure où le mariage orthodoxe est composé de nombreux rites, le culte est exceptionnellement long. À titre informatif, ce sont des traditions et des usages qui étaient déjà couramment rencontrés au dix-septième siècle. La cérémonie est partagée en deux grandes parties.

La première est les fiançailles qui se déroulent dans le narthex, une petite salle ou un vestibule généralement localisé à l’entrée de l’église. Le prêtre bénit les icônes minutieusement sélectionnées par les parents qui seront remises plus tard au couple. À cette étape, l’attention est surtout focalisée sur les anneaux. C’est ici que les futurs fiancés procèdent à l’échange des alliances trois fois de suite en signe de leur engagement respectif dans la vie maritale.

Par la suite, on passe enfin à la cérémonie de mariage, plus précisément au rituel du couronnement. Le couple se dirige vers l’hôtel pour être couronnés chacun leur tour par le prêtre. Commence alors la lecture des textes sacrés tirés du Nouveau Testament, suivie par le partage du vin. On entame après la marche nuptiale pendant que le couple fait trois fois le tour de l’autel. Le prêtre retire les couronnes et devant une icône de la vierge Marie ou de Jésus Christ, les nouveaux mariés peuvent enfin s’embrasser.

Cet article vous a plu ? Faites-le savoir !

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : g77s8nwcz6